Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 08:32

Le projet de construction du Barrage hydroélectrique de Lom pangar qui sera logé dans l’Unité Technique Opérationnel (U.T.O) de Deng Deng dans la Région de l’Est-Cameroun, présente de menaces qui pèsent sur les ressources forestières de la localité: d’où l’évolution environnementale et sociale dudit projet de construction, en vue de la préservation de l’écosystème faunique et floristique de l’Arrondissement de Bélabo.

Cette table ronde de Deux jours d’échanges et de concertation qui est s’est déroulée à l’Hôtel Mont Fébé à Yaoundé du jeudi 08 au Vendredi 09 septembre 2011; organisée conjointement avec l’ensemble des partenaires impliqués dans la réalisation du barrage hydroélectrique de Lom Pangar, dont la mise en exploitation effective, permettra de résorber le déficit énergétique du Cameroun. La convention partenariale MINFOF – EDC et Partenaires, paraphée au terme des travaux dont le thème était entre autres, la lutte contre le braconnage et la coupe illicite de bois dans l’U.T.O de Deng Deng sous le regard attractif du caissier de la République nommé le ministre des finances, constitue en réalité le O.K du lancement inspirant de ladite construction et surtout la pause de la première pierre officiellement et solennellement, par son Excellence Monsieur BIYA Paul, Chef de l’Etat du Cameroun, marquant ainsi probablement le démarrage des travaux de construction dudit barrage. Se développer tout en préservant l’écosystème faunique et floral, l’environnement et le social: Le coup d’envoi d’action de chaque camerounais à sa manière et à son niveau, pour la construction des vastes chantiers situés de par et d’autre sur le territoire national. Ce sera également, la participation de tous, aux grandes Réalisations qui pourront nous conduire aux grandes réussites; et nous faire entrer en douceur parmi les pays dits industrialisés du monde, voire l’indépendance économique tant cherchée et voulue pour tous. C’est ici le lieu de tirer un coup de chapeau à E.D.C et surtout à son infatigable Directeur Général, le Dr Théodore NSANGOU, dont le soutien logistique a déterminé la tenue de ces travaux. Cette table ronde fait suite à la demande du Premier Ministre, Chef du Gouvernement à Electricity Development Corporation et au Ministre des Forets et de la Faune d’aplanir toutes les difficultés liées au barrage hydroélectrique de LOM PANGAR, Memvé’ele et Mékim. En fait, les forêts constituent une richesse inestimable pour les pays qui les possèdent. Elles fournissaient pour ainsi dire aux populations, les fruits, les graines, la viande, les matériaux de construction, les médicaments, et une ressource à forte vocation d’exportation, comme le bois d’œuvre. Cette contribution du secteur forestier dans un pays comme le nôtre, devrait être pour ainsi dire très significative dans l’économie du Cameroun. En réalité, le principe d’équilibre entre le développement et la conservation à savoir, le droit de tirer des revenus substantiels de l’exploitation de la forêt pour assurer le développement socio-économique et la nécessité de préserver les ressources forestières pour contribuer à limiter ou freiner la dégradation de l’environnement mondial. Malheureusement, les politiques de gestion durable des forêts menées depuis près d’une décennie ont abouti à une véritable impasse actuelle dans notre pays. Les projets se sont multipliés certes et pourtant paradoxalement, l’exploitation anarchique de la forêt s’accroit à un rythme inquiétant au Cameroun à cause de la non application effective des textes réglementaires par les autorités de la République et surtout de l’impunité caractérisée des pouvoirs publics qui frise le ridicule. Bref, l’autorité de l’Etat au Cameroun, est foulée aux pieds par ceux là-mêmes qui sont sensés de la faire respecter. Chacun fait comme il veut et n’a peur de personne; comme si on était dans un pays qui n’a pas de Chef d’Etat, la seule autorité, à qui le peuple vient de confier démocratiquement le pouvoir et d’agir en son nom.

La suggestion comme solution exemplaire, serait qu’il frappe son poing sur la table à travers des décisions en punissant car nul est au dessus de la loi. L’utilisation des terres forestières pour l’agriculture des industries d’extraction telles que les industries minières, l’exploitation forestière abusive et pétrolière, la création des villes et la construction de nouvelles routes sont en partie responsables du réchauffement de la planète terre et ses impacts négatifs sur l’environnement. Il est bien vrai que la pression démographique et les effets de certains projets de développement provoquent une dégradation irréversible des écosystèmes.

La forêt de l’U.T.O de Deng Deng actuelle, est d’une superficie de 232.000 ha, comprenant entre autre: un noyau de conservation (Parc National de Deng Deng) couvrant une superficie de 50.000 ha; deux Unités Forestières d’Aménagement (UFA) : l’UFA 10.061 d’une superficie de 28.387 ha et l’UFA 10.065 d’une superficie de près de 90.000 ha récemment attribuée; une forêt de plantation de l’ex. ONADEF et des parcelles de démonstration de l’Université de Dschang; Une forêt communale d’environ 9.000 ha affectée à la Commune de Bélabo; La périphérie nord à ériger en zone de chasse et en forêt communautaire couvrant une superficie d’environ 200.000 ha; la zone agro forestière sud s’étendant sur 104.475 ha, zone où les communautés pourraient pratiquer de l’agriculture. Objectifs et attentes de cette table ronde: Les experts ont été suffisamment informés sur les objectifs du projet Lom Pangar, sensibilisés sur les menaces qui pèsent sur la biodiversité dans l’Unité Technique Opérationnel de Deng Deng et sur les mesures en vue d’atténuer les effets du projet sur l’UTO. De même, cet événement également a permis aux participants de mieux comprendre les dispositions réglementaires portant sur les activités illégales telles le braconnage et la coupe illicite de bois.

En somme, au terme des travaux de deux jours de réflexion, de concertation et de négociation en table ronde, les participants venus du MINFOF, EDC, CAMRAIL, COTCO et les bailleurs de fonds a abouti à la signature de conventions partenariales sur les voies et moyens innovants qui permettront de fédérer les efforts des acteurs publics et privés, qui doivent être pris en œuvre à l’immédiat, non seulement pour endiguer ou du moins réduire les activités néfastes de l’homme sur l’environnement, mais aussi et surtout, marquer le OK pour le démarrage effectif de la construction du barrage hydroélectrique de Lom Pangar.

Par Israël MATAKOUTGNIGNI (Correspondance particulière)

Partager cet article

Repost 0
Published by Lijouom Chetou
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Lijouom Chetou
  • : actualité, espace de culture, tourisme et échanges
  • Contact

Recherche

Liens