Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 08:45

La Société camerounaise de l'art musical vit une grave crise qui met au-devant de la scène l'artiste musicien, Ndedi Eyango, qui a été élu comme Pca le 2 novembre 2013 dernier.

La Société camerounaise de l'art musical vit une grave crise qui met au-devant de la scène l'artiste musicien, Ndedi Eyango, qui a été élu comme Pca le 2 novembre 2013 dernier. Accusé de faux et usage de faux par ses détracteurs qui prétendent qu'il est Américain et qu'à ce titre il ne doit pas présidé aux destinées de la Socam, votre journal est allé à sa rencontre. Lisez plutôt.


Vous avez été porté à la tête de la Socam par les artistes des 4 régions du Cameroun. Avec la crise actuelle, vous sentez-vous abandonné et trahi par vos fans? Avez vous l'impression que la dynamique s'est émoussée?

Pendant la campagne, nous avons vécu des choses bizarres, mais j'étais loin d'y croire parce que je n'ai¬me pas spéculer. Nous étions au courant de ce qui se tramait entre Romeo Dika, Raymond Tchengang et compagnie, soutenus par Mme le Ministre. La dynamique s'est-elle émoussée? Je dis non. Nous sommes longtemps restés silencieux pas parce que nous avions peur de quoi ou de qui que ce soit, mais simplement parce que nous étions persuadés qu'il s'agissait d'un combat d'idées et sain. Aussi nous faisons et continuons d'ailleurs de faire confiance à notre justice. Aujourd'hui nous pensons qu'il est temps que les artistes et le peuple camerounais connaissent la vérité.

Trahi, je dirais non et non. Non parce que j'avais été prévenu de ce qui adviendrait au cas où je refusais de chanter la chanson de Mme le Ministre, et non aussi parce que mes pairs, ceux qui ont cru en moi, à mon projet et qui m'ont accordé leurs suffrages massivement le 2 novembre 2013, les ayants-droits, en somme, les vrais patrons de la Socam, continuent de croire en moi et de me soutenir dans ce combat. Mais je suis tout de même déçu de savoir qu'une autorité comme Mme le ministre peut aller aussi loin pour ses intérêts égoïstes. Je me souviens que le Chef de l'Etat a condamné ce genre de comportement lors de son discours de fin d'année. Je savais que ce n'était pas moi qu'elle attendait à la tête de la Socam au soir des élections du 2 novembre. J'ai parfois cru qu'elle et son groupe des pseudos artistes pouvaient pour une fois respecter le verdict des urnes et surtout respecter ces artistes qui ont voté pour moi et qui ont fondé leurs espoirs sur ma modeste personne.

Avec la création des différents comités, n'avez-vous pas l'impression que vous vous battez pour rien et que votre cause est déjà entendue?

Je continue à croire qu'il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis. Comme ses précédentes décisions, celles-ci sont illégales. Tout Comme les comités auxquels vous faites allusion. Les actes de Mme Tutu Muna sont illégaux et n'ont aucune base juridique. Je me dis qu'il est encore temps pour elle de prendre son courage et revenir à la légalité. Encore que mon conseil a introduit auprès de ses services des recours gracieux en annulation de ces décisions et je crois qu'elle sait ce que cela veut dire. Je ne me bats pas pour le poste de Pca de la Socam. Je me bats contre l'injustice et l'abus d'autorité, et surtout pour les artistes. Je me bats pour que les artistes retrouvent leurs libertés et qu'ils puissent enfin vivre de leur art.

L'ambassadeur du Cameroun aux Usa a fait des révélations sur votre demande de visa. Cela ne vous embarrasse-t-il pas aujourd'hui?

Premièrement, il ne s'agit pas de l'ambassadeur des Usa, mais de l'ambassadeur du Cameroun aux Usa. A ce sujet je dirais que c'est plutôt le Minrex qui se sentirait embarrassé en apprenant à travers les journaux qu'un de ses représentants en pays étranger, rende compte à Ama Tutu Muna, Ministre des Arts et de la Culture au lieu de rendre compte à lui Pierre Moukoko Mbonjo qui est compétent. C'est clair qu'il a transgressé le code diplomatique en brisant ainsi toute la déontologie en la matière. Je pense que c'est un ambassadeur qui a même oublié son rôle aux Etats-Unis, Sinon, comment comprendre qu'une personnalité de son rang ait pris le risque de dire ou d'écrire que je vis en situation irrégulière dans mon pays. C'est un autre procès contre ce Monsieur qui s'ouvrira en temps opportun. Je ne savais pas que le Ministre des Arts et de la Culture était aussi en charge des «Ministères des Relations extérieures et de la Justice».

On vous accuse de faux et usage de faux. Que répondez-vous à vos détracteurs?

Aujourd'hui ils ont réussi à déplacer le débat. Personne ne parle plus des artistes qui meurent par manque de soins, de leurs enfants qui ne vont pas à l'école. Du métier même qui est dysfonctionnel. Du manque de salles de spectacle etc.... Somme toute de la situation des artistes en général, qui sont clochardisés et qui misèrent. En attendant qu'elle me porte plainte comme l'a annoncé en grande pompe son conseil en mondo vision, je ne suis pas devant le juge et au moment opportun, on pourra répondre à ces questions de nationalité et de visa. Pour le moment, je ne ferai pas comme Mme le Ministre qui met le secret administratif et juridique dans les médias.

Il se dit que Mme le Ministre vous aurait déconseillé de déposer votre candidature au regard de votre double nationalité...

Non. Elle ne m'a jamais demandé de retirer ma candidature. On n'en a jamais parlé. Il n'a jamais été question de ma nationalité pendant toutes les discussions que j'ai eues avec Mme le Ministre. Par contre je dois dire que Madame le Ministre voulait m'imposer Roméo Dika. Elle m'a dit ceci je cite: «Tu dois travailler avec Roméo Dika parce qu'il est incontournable, il est expert en droit d'auteur, il a une capacité de nuisance, il est introduit et qu'il n'avait jamais commis toutes ces malversations dont on l'accuse...». Je lui ai posé la question de savoir: «Mme le Ministre, s'il est tout ce que vous dites, pourquoi nous nous trouvons à ce niveau? Pourquoi le droit d'auteur ne marche pas dans notre pays? Pourquoi les artistes souffrent autant? Pourquoi son nom revient toujours dans le vol et le pillage des droits des artistes etc...

Ajouté à cela, vous êtes sans ignorer que ce dernier fait partie de ceux qui ont foutu la merde et nous ont plongé au fond du gouffre dans lequel nous nous trouvons et ce, depuis l'ère de la Socinada». Qu'à cela ne tienne, j'ai appelé Roméo. Seulement lorsque j'en ai parlé aux artistes, ils ont été catégoriques. Ils ne veulent plus entendre parler de Roméo Dika autour de la gestion de leurs droits. Ils l'ont d'ailleurs exprimé le 2 novembre 2013 au palais des Congrès.

Avez-vous donc l'impression que Mme le Ministre roule pour un clan? Si oui lequel?

Bien sûr. Ce n'est un secret pour personne. Madame Tutu Muna roule pour Roméo Dika. Vous n'avez qu'à voir aujourd'hui que dans ses comités ad hoc et autres commissions, elle n'a nommé que les proches et en majorité les membres de la liste de Romeo Dika à l'Ag élective du 2 novembre dernier (Esso Essomba, Sam Fan Thomas, Déesse Binta, Messi Ambroise, Nicole Mara, Joe Mboulé, Billy Show, un certain Boity qui est le Sg de son syndicat etc.)

Pourquoi n'avez-vous pas pris part aux consultations initiées par Mme le Ministre?

Prendre part aux concertations? 1) Elle dit que je ne suis pas Camerounais. 2) Elle doit reconnaître que je suis le Pca élu et légal et que les actes qu'elle a posés sont illégaux. Sinon ce n'est plus nécessaire qu'on s'asseye. Ils m'ont traité de faussaire parce que je suis né à Nkongsamba au Cameroun et que j'ai un acte de naissance. Il faut même encore bien regarder entre Tutu Muna et moi qui est plus Camerounais que l'autre et voire même entre cet avocat qu'elle a engagé et moi qui est le «vrai faussaire».

Vous réfutez donc l'étiquette de faussaire qu'on vous colle?

Le conseil de Mme le Ministre doit justifier pourquoi on paye autant d'argent et pour cela il fallait créer un motif. Je n'ai pas choisi de naître au Cameroun d'un père et d'une Mère camerounais et personne ne m'a demandé de remettre mon acte de naissance et ma carte nationale d'identité. Si je suis traité de faussaire, quelle honte! Et comme je le disais à l'instant, allez-y voir, entre Charles Tchoungang et moi qui est le vrai faussaire? Suivez mon regard.

Décidément les artistes musiciens font beaucoup de bruits de la Socinada en passant par la Cmc et aujourd'hui la Socam. Qu'est-ce qui fait problème?

Ce qui fait problème est que depuis plus de 20 ans, toutes les sociétés auxquelles vous faites allusions ont été dirigées par les même personnes qui comme vous le savez, ont à chaque fois échoué. Aujourd'hui qu'une nouvelle équipe arrive, avec une nouvelle vision qui malheureusement n'épouse pas leurs idéologies, il faut comme d'habitude créer ce que nous vivons depuis le 23 décembre 2013. A qui cela profite-t-il? Ne me posez surtout pas la question. Mais je dis que désormais c'est terminé tout çà. L'artiste camerounais doit pouvoir vivre de son art et être respecté en tant que tel. Je vous fais la promesse, rien ne sera plus comme avant dans le milieu de l'art musical au Cameroun. Nous avons beaucoup de nos collègues qui ne font pas partie de la Socam, ça n’a jamais été la préoccupation de Mme le Ministre.

Prince Eyango, finalement votre vie est à l'image de votre chanson dont le refrain est «ma vie est devenue une histoire, chacun la raconte à sa manière». Mais la vraie version est sans doute celle de Ndedi Eyango. Qui est donc le Prince des Montagnes?

(Rires) Ma vie est un secret de polichinelle. Même comme vous le dites, chacun la raconte à sa manière (Rire) Ah !!! C'est moi qui l'avais chanté. Je suis né à Nkongsamba, département du Moungo, région du Littoral, au Cameroun, école primaire et secondaire à Nkongsamba. Déjà 31 ans de carrière musicale, auteur de plusieurs titres à succès que vous connaissez et aussi producteur de plu¬sieurs artistes que vous connaissez également. Chef d'entreprises. Naturellement, je suis marié et père de plusieurs enfants.

© La Nouvelle

Partager cet article

Repost 0
Published by Lijouom Chetou
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Lijouom Chetou
  • : actualité, espace de culture, tourisme et échanges
  • Contact

Recherche

Liens